Accueil / Technologie / IBM et Roland Garros. Interview de Claire Herrenschmidt, responsable des partenariats sportifs d’IBM France

IBM et Roland Garros. Interview de Claire Herrenschmidt, responsable des partenariats sportifs d’IBM France

Claire Herrenschmidt est responsable des partenariats sportifs d’IBM France depuis 7 ans maintenant. Une habituée des lieux qu’elle connait par cœur. Nous l’avons rencontrée pour en savoir plus sur la synergie entre IBM et Roland-Garros. L’occasion de mieux comprendre les services IBM, de l’intelligence cognitive Watson, et du travail de transformation digitale menée avec la FFT.

claire-Herrenschmidt-IBM-France

Bonjour Claire. Pouvez-vous nous présenter votre métier ?

Bonjour. Je suis responsable des partenariats sportifs d’IBM France depuis 7 ans. Et j’ai la chance de coordonner ce très beau projet qu’est Roland-Garros pour IBM depuis 2010. Je coordonne l’ensemble de la présence d’IBM à Roland-Garros, en particulier le marketing et la communication, l’hospitalité, les démonstrations de notre savoir-faire et les technologies autour de notre intelligence cognitive Watson déployée avec le support de notre équipe mondiale pour ce tournoi de Roland-Garros.

IBM intervient aujourd’hui sur l’ensemble des tournois du Grand Chelem ?

En effet, IBM est un partenaire majeur. Nous avons des équipes en local sur tous ces tournois et nous déployons plus ou moins le même type d’infrastructure et de services. Les équipes qui développent le site internet officiel de chaque tournoi et qui gèrent les infrastructures sont aussi présentes sur les tournois de l’Open d’Australie, de l’US Open ou de Wimbledon. Nous nous appuyons sur cette équipe mondiale avec une infrastructure mutualisée supportant nos services de manière transverse.

Pouvez-vous nous parler de Watson ?

IBM Watson est notre système cognitif (faculté que l’on retrouve chez l’être humain comme le raisonnement logique) lancé il y a quelques années. Watson est devenu en quelques années un système cognitif puissant, notamment dans le domaine de la santé, permettant d’aider les médecins à choisir le meilleur traitement contre le cancer par exemple. Dans le cadre de Roland-Garros, nous utilisons des services IBM Watson dans les différentes démonstrations ou en production afin de montrer le potentiel et la puissance de notre plateforme et comment interagir avec la donnée récoltée sur un tel événement sportif majeur mondial.

Quels sont les services déployés justement ?

On a développé différentes applications que ce soit avec une interface robot ou une interface web avec l’objectif de démontrer le potentiel de notre système cognitif  Watson sur notre plateforme Bluemix. On a utilisé pour ce Roland-Garros 2016 beaucoup de services Watson mais également intégré de l’API externe comme des services météo.

Quelles sont les nouveautés cette année ?

Des outils statistiques plus évolués qu’en 2015 mais aussi  le nouveau robot Pepper, fonctionnant entre autres avec le service Natural Language Classifier de Watson.

Avec Pepper intelligence artificielle @IBM_France #Ibmrg #ibmsports @rolandgarros

Une photo publiée par Smash Marketing (@smashmarketing) le

Quelles sont les utilisations de ce système cognitif sur Roland-Garros ?

Il peut par exemple vous aider à choisir le meilleur match de la journée en fonction de différents critères que vous aurez échangés avec lui en langage naturel. Il peut également reconnaître des produits sur la base d’une bibliothèque chargée. Par exemple si vous chargez en base de données des photos de chaussures de tennis Nike d’un style donné de différentes couleurs et formes, et que vous lui soumettez une nouvelle gamme, il sera en capacité de reconnaître que la chaussure est du  même style  également.

La FFT qui est en pleine mutation, en  pleine transformation digitale. Quelles sont vos relations ?

Il y a une transformation digitale forte chez la FFT, un très fort développement et nous les accompagnons avec nos outils et savoir-faire. Nous sommes dans le cadre d’une réflexion globale avec la Fédération pour voir ce dont ils ont besoin, ce qu’ils souhaiteraient, et nous avons de nombreuses réflexions en cours. Ils nous interrogent sur différents nouveaux services, sur la capacité d’IBM Watson à répondre à ces attentes. Je ne peux vous en dire plus pour le moment mais ce sont des applicatifs que nous sommes en train de dessiner ensemble, pour le futur du tennis et de Roland-Garros.

Le site de Roland-Garros a profondément été refondu l’année dernière…Beaucoup d’ergonomie, d’expérience utilisateurs et une importante refonte sur l’intégration du social média…

Comment profitez-vous d’un tel événement en termes de R&D ?

On profite du tournoi pour tenter des choses innovantes. Mine de rien, un robot avec services Watson intégrés est une première pour nous à Roland-Garros et en France. Nouvelle interface, nouveaux services. De même que le Tournament Alert Dashboard, le Cognitive Social Command Center, tous ces nouveaux outils pour les réseaux sociaux.

cognitive-command-center ibm

Nous profitons du tournoi et du volume de data échangé autour de celui-ci pour développer de nouvelles  expériences et bénéficier d’un retour conséquent et immédiat. 500 000 000 de pages sont vues dans le cadre du tournoi depuis le site officiel et les applications mobiles. C’est un retour d’expérience de grande qualité pour nous.

Qu’en est-il ainsi des services que vous déployez en test sur un événement comme Roland-Garros ? Rentrent-ils ensuite dans votre catalogue d’offres de services ?

Un événement comme Roland-Garros nous donne de l’expérience sur un certain nombre de sujets, de services, qui sont parfois ensuite commercialisés. Si je prends un exemple, nous avions l’année dernière fait une démonstration avec Tradeoff Analytics, en béta, nous avons travaillé avec un lab en Israël. Cette année, ce service est complètement déployé et enrichi notamment grâce au retour d’expérience de Roland-Garros 2015. On est dans une approche de test and learn et des événements sportifs d’envergure nous permettent d’être des accélérateurs importants.

Pouvez-vous nous parler de l’équipe web travaillant sur le site de Roland-Garros ?

Il y a une équipe complète internationale majoritairement Américaine et Anglaise. Le site internet est pensé par les équipes IBM, en collaboration avec la FFT, et hébergé sur notre cloud. Le site de Roland-Garros a profondément été refondu l’année dernière à la demande de la fédération qui souhaitait un site collant plus avec ses valeurs de marques, élégance, passion, qui ne sont pas les mêmes critères que ceux de l’US Open par exemple. Beaucoup d’ergonomie, d’expérience utilisateurs et une importante refonte sur l’intégration du social média dans différentes sections du site. Et puis également de nombreux outils de partage qui sont live. Le live blogging par exemple, avec l’analyse du match en live, peut désormais être partagé en direct sur vos réseaux sociaux.

Comment interagissent les équipes IBM avec l’équipe contenu de Roland-Garros ?

Dans les bureaux du data center @IBM_France #Ibmrg

Une vidéo publiée par Smash Marketing (@smashmarketing) le

Les équipes de la FFT sont responsables des contenus du site et autres outils comme l’application mobile ou le social media. Dans la rubrique actualité notamment, les équipes de la FFT vont produire les textes, les vidéos, les photos qui vont alimenter l’actualité. Le rôle de l’équipe IBM est de mettre en place les solutions de gestion de contenu afin que le contenu posté par la FFT soit publié le plus rapidement possible, en respectant les règles éditoriales de la FFT comme les process de validation par exemple.

Qu’en est-il des réseaux sociaux ?

Roland-Garros est générateur en un temps très très court d’un volume de donnée extraordinaire. On a une expérience concentrée et nous sommes aujourd’hui en capacité, grâce à la refonte de 2015, de proposer de nombreuses fonctionnalités et données. Comme par exemple le nombre de tweets publiés sur un joueur, un match, et de divulguer le sentiment positif ou négatif de mentions. Djokovic est de loin en tête cette année pour les sentiments positifs…

L’analyse des clés du match proposée par IBM en fait un système révolutionnaire dans la compréhension du jeu.

En parallèle de la TV, la FFT met à disposition de nombreuses vidéos. Quel est votre apport sur ce média ?

Ce sont 16 millions de vidéos vues sur la quinzaine. C’est énorme. De plus on s’aperçoit que dans le comportement des fans que la vidéo est aujourd’hui le média le plus consommé. Nous hébergeons l’ensemble de ces vidéos. Le temps de mise en ligne d’une vidéo est à peu près équivalent à la longueur de la vidéo. C’est une performance. C’est de la vidéo on demand. On n’est pas dans le streaming mais sur un flux assez court tout de même. Et c’est grâce à notre solution de traitement de vidéo Clearleap.

Vous réalisez également l’application mobile ?

En effet l’application est réalisée par une équipe Américaine et Française pour ce qui concerne l’application mobile IOS et Australienne pour l’application mobile Androïd. Nous y disposons de nombreuses données présentées sur le site comme par exemple le nombre de fautes, la vitesse du dernier service, les clés de matchs…Le volume de téléchargements explose pendant la quinzaine et nos équipes sont aussi là pour garantir la meilleure expérience utilisateur possible.

En quoi IBM et les données permettent de mieux comprendre le tennis ?

L’analyse des clés du match proposée par IBM en fait un système révolutionnaire dans la compréhension du jeu, qui en analysant les opposants permet au tout début d’un match de connaître les « clés » essentielles. Il ne s’agit pas de prédire qui va gagner mais plutôt de donner une vue d’ensemble sur ce que chaque joueuse ou joueur a besoin de réussir pour avoir la plus forte probabilité de gagner. Parmi quelques 41 millions de données répertoriées et analysées, notre système SlamTracker va faire ressortir au début de chaque match trois « clés » par joueur, parmi 50 possibles.

IBM-France-Roland-Garros-Slamtracker

Pouvez-vous nous parler de ces clés de match justement ?

Ces trois clés sont les plus pertinentes pour que le joueur en question ait les meilleures chances de s’imposer. « Allumer » les clés, c’est-à-dire que les trois voyants matérialisés dans le SlamTracker sont cochés. Si la joueuse avait failli dans l’une des « missions » ainsi déterminée par le système, une croix s’inscrirait. Une nouveauté qui permet aux passionnés des statistiques de suivre au plus près l’évolution des matchs au fur et à mesure des points, en français et en anglais. Et ce sur le site web ainsi que l’application mobile Roland-Garros officielle.

Lorsque vous ouvrez le SlamTracker, vous pouvez ainsi suivre chaque point, analysé en direct : revers gagnant, faute directe, double faute…

A propos Cedric | Smash-Marketing.fr

Chef cordage sur Smash-marketing.fr :)

A lire également

top-seed-tennis-manager

GAMING : Sortie de TOP SEED Tennis Manager

TOP SEED Tennis Manager, jeu de gestion de carrière de joueur de tennis vient de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *