Accueil / Non classé / Interview: Lionel Roux, directeur de l’Open Sopra Steria

Interview: Lionel Roux, directeur de l’Open Sopra Steria

lionel-roux

Un passionné passionnant ! Voilà comment on pourrait rapidement présenter Lionel Roux. Homme du tennis aux multiples casquettes, il endosse désormais un nouveau costume, celui de directeur du tout nouveau tournoi Challenger organisé à Lyon en Juin, l’Open Sopra Steria. Positionné juste après Roland Garros, ce tournoi sur terre battue en extérieur qu’il a voulu organiser pour Lyon, pour le tennis, respire la passion à plein nez. Nous avons pu échanger avec Lionel Roux la semaine dernière…

Bonjour Lionel et merci de nous recevoir ici au Tennis Club de Lyon. Avec l’annonce de la participation de Julien Benneteau on peut dire que le compte à rebours est lancé ?

Ca y est c’est parti ! J’avoue que l’émotion était là lors de la première conférence de presse, on est dedans là. C’est en fait bien plus stressant que j’imaginais. Nous sommes rentrés dans le vif du sujet, sur le tableau, et tout un tas de sujets opérationnels, comme les terrains aujourd’hui. Malgré le fait d’avoir une liste précise de tout ce qu’il y a à faire, c’est une première et donc comme toute première la pression est là. On est une équipe et tout le monde fait de grosses journées. Il faut bien ça pour monter un événement tennis qualité.

Peux-tu nous parler des plans d’installations du tournoi ?

Le tournoi sera au sein même du TCL, un haut lieu du tennis à Lyon créé en 1864 et qui a accueilli au fil de son histoire plusieurs compétitions. Nous sommes heureux d’organiser le nouvel Open Sopra Steria de Lyon ici, dans un lieu mythique à Lyon. Il y aura un central de 1500 places ainsi que des petits courts. J’ai toujours aimé les ambiances intimistes comme le court N°2 ou le N°10 à Roland Garros, ou il se passe une forme de communion assez intense entre tout le monde. Un court d’entrainement sera positionné au milieu, ce qui devrait contribuer à créer une certaine ambiance sportive mais conviviale sur le tournoi.

Et concernant l’extra-sportif ?

Les lyonnais aiment les réceptifs de qualité, et il y aura bien sûr un grand village, bien habillé afin de créer une ambiance de Garden Party ou les entreprises pourront accueillir leurs staffs, leurs clients, venir déjeuner dans un cadre optimum.

Peux-tu nous parler du tableau ? Où en es-tu ? Des noms à annoncer ?

Je suis quelqu’un d’assez superstitieux aussi on aborde le sujet avec précaution. Julien Benetteau sera tête d’affiche car il souhaitait poursuivre sa saison sur terre. C’est super pour nous. Pour le reste, on avance tranquillement, en essayant de bâtir le meilleur tableau possible. Il y a forcément beaucoup d’incertitudes encore mais nous devrions pouvoir annoncer quelques joueurs présents prochainement. Après c’est aussi une part de chance. L’inscription sera effective 4 semaines avant le tournoi donc on aura 80% du tableau à ce moment-là. On est en discussions. Ça avance bien. Je suis allé à l’Open 13, et je suis à Monte Carlo en tant que consultant pour le groupe Canal +, et j’ai l’occasion de croiser des joueurs, voir du monde, discuter, présenter notre projet, de les draguer un peu (rires).

Julien Benneteau
Crédit Twitter Julien Benneteau

Quels sont tes arguments ?

Le fait qu’on soit juste après Roland Garros est une carte forte. Pour ceux qui souhaitent continuer la saison sur terre plutôt que de partir sur gazon, dans une belle ville de tennis, en France, ça semble un choix idéal. On est un peu dans le même esprit que le tournoi de Bordeaux à la Villa Primrose, basé dans un club historique comme à Lyon, avec par exemple au début la chance de voir un Richard Gasquet présent car il s’était blessé et il revenait juste faire quelques matchs à ce moment-là. On va voir comment évoluent les choses. Il y aura des aléas, et aussi une part de chance on l’espère.

Comment te différencies-tu de l’ancien GPTL ? On t’en parle ?

Le contexte est très différent. Le tournoi se déroule sur terre, en extérieur, au sein d’un lieu historique du tennis pour la ville de Lyon. On espère avoir une météo clémente et tout devrait bien se dérouler. On garde une identité tennis forte avec un central très proche des joueurs. C’est un renouveau on va dire pour le tennis de haut niveau à Lyon. Les gens sont contents de ce nouveau projet sportif.

Tennis Club Lyon Villeurbanne

Penses-tu avoir la bonne recette pour un événement réussi ?

Je pense oui et je ne suis pas tout seul. Pour avoir passé du temps sur les circuits en tant que joueur, coach, et consultant je pense connaitre les bonnes recettes pour faire de l’Open Sopra Steria un grand événement. On travaille dur pour ça. On est dans l’opérationnel là. Ça avance bien.

Le job de directeur de tournoi est donc pour le moment très opérationnel ?

Au départ j’ai consacré beaucoup de temps à « vendre » et monter le projet mais désormais oui. C’est même rigolo parce que là on a vraiment les mains dedans, et il faut y aller car on veut vraiment recevoir tout le monde, les joueurs, le public, nos partenaires, dans les meilleures conditions possibles.

Cela correspond-il à l’idée que tu te faisais de l’organisation de ce nouveau projet sportif et événementiel pour toi ?

Pas tout à fait. Je savais le job qu’il fallait abattre bien sûr, mais je suis un peu étonné quand même par le nombre de micro détails qu’il faut gérer. En revanche je me sens vraiment très bien dans ce rôle-là, c’est intéressant, grisant, épanouissant, et même si nous avons du temps, et que nous avons bien planifié les choses, ça reste un vrai gros truc à sortir. C’est vraiment très enrichissant.

Comment gères-tu l’organisation concrètement ?

J’ai 3 gros cahiers de choses à faire (rires) et ce qui est certain c’est que le tournoi commencera le 6 juin. La pression est là. On fait des grosses journées avec toute l’équipe. Certains sont aussi sur d’autres métiers, et moi à Monte Carlo en tant que consultant donc il faut être organisé. Mais on s’éclate.

Humainement donc c’est une belle histoire pour toi ?

Oui on fait aussi beaucoup de belles rencontres, de gens qui nous ont soutenus dans notre rêve de refaire un tournoi international de Tennis à Lyon. J’ai rencontré pleins de patrons d’entreprises dynamiques, de jeunes startup, c’est en effet très chouette. Des gens qui ont envie de participer à l’événement, des gens qui viennent pour un coup de cœur.

Rencontrez-vous des difficultés, des sujets compliqués à gérer ?

Un des sujets les plus complexes à aborder pour nous c’est la sécurité, dans cette période on veut vraiment tout faire pour qu’il n’y ait aucun problème. Que ça ne se voit pas mais que tout soit en ordre, et conforme aux règles en vigueur pour un événement sportif comme l’Open de Lyon. Avec l’état d’urgence et l’Euro de football ça rajoute une couche de complexité mais on sait ce qu’on doit faire. Et puis le TCL qui appartient à la ville de Lyon mais qui est sur la ville de Villeurbanne. Pas simple…

soprasteria_logo

Sur la question du sponsoring, peux-tu nous parler du naming du tournoi par Sopra Steria ?

Sopra Steria est une importante société informatique, leader européen de la transformation numérique. Frédéric Mouton, directeur de la division Rhône-Alpes Auvergne de Sopra Steria joue au tennis, et la rencontre s’est faite naturellement. Sopra Steria partage les valeurs du tennis, celles que nous défendons et quand on a lancé le projet on a signé assez vite. Leur implication sera forte sur le tournoi. 150 jeunes ingénieurs viendront chaque jour dans le cadre d’un programme de recrutement, de nombreux collaborateurs seront là également. Ils seront très actif au sein du village. Pour nous c’est une vraie chance pour lancer l’aventure, ça a donné un peu d’éclat au tournoi et lancé le sponsoring.

Peux-tu nous parler de tes autres sponsors principaux ?

Nous aurons en plus de notre main sponsor Sopra Steria, BMW, la BNP, ou dans le tennis Sergio Tacchini et Babolat. Ces marques nous ont globalement fait confiance et voulaient un nouvel événement tennistique sur Lyon.

Babolat qui est Lyonnais sera également de la partie ?

Oui en effet et je remercie Eric Babolat qui a poussé pour. Babolat aura la balle officielle. Ca me paraissait évident qu’ils soient là et ils nous soutiennent. C’est une super chose.

On a aussi Sergio Tacchini qui va habiller les juges de ligne ainsi que l’équipe d’organisation du tournoi. C’est une marque assez classe avec un historique fort dans le tennis. C’est chouette.

Et au niveau institutionnel ?

C’est plus compliqué forcément mais la ville et la métropole nous suivent. On espère compter la Région parmi nous rapidement. On discute avec Laurent Wauqiuez, qui est forcément débordé mais on espère les compter dans le projet.

Quels sont les animations qui pourraient également séduire en plus du tennis ?

Nous aurons la soirée des partenaires le lundi, la soirée du tournoi le vendredi, et pleins d’opérations et d’animations en journée avec Babolat, BMW et nos autres partenaires. Nous sommes en train de travailler sur tout ça. Michael Llodra devrait être également de la partie pendant 4jours avec quelques vignerons puisqu’il est dans ce business désormais. Il y aura également le match de foot de l’équipe de France le vendredi soir alors on réfléchit à un truc sympa à faire.

Combien de spectateurs attendez-vous ?

C’est très difficile de se projeter sur cette première. On espère faire 15 000 visiteurs sur la semaine. Les gens du tennis aiment bien venir et trainer un peu sur les courts. On est pratiquement plein le mercredi avec les écoles de tennis. On va faire le boulot en termes de communication également pour faire venir du monde. On va activer de nombreux leviers. On le fait déjà via le digital.

Tu peux nous en parler ?

Nous avons une page facebook ainsi qu’un compte twitter. On communique beaucoup. On va faire pas mal de jeux concours et autres opérations sur les réseaux sociaux. La billetterie qui vient d’ouvrir également.

Tu peux nous parler de Yurplan, ton opérateur billetterie ?

On a souhaité un système qualitatif de billetterie en ligne, avec de beaux billets, et même si les 4 premiers jours sont gratuits on voulait un système fiable et performant nous permettant de bien gérer le contrôle d’accès et l’acquisition de données sur le public. C’est qualitatif, avec le plan, les partenaires affichés… Et puis c’est une startup lyonnaise et c’était important pour nous.

Quelles sont les prochaines étapes pour toi ?

Monte Carlo et puis ensuite avancer sur de nombreuses tâches. On est excités…c’est un projet qui me tient à cœur, qui est passionnant. Ça va nous occuper d’ici Juin. On espère accueillir le plus de monde possible et offrir un tournoi de qualité.

Accédez au site Open Sopra Steria   Accès Billetterie

logo-open-sopra-steria

A propos Cedric | Smash-Marketing.fr

Chef cordage sur Smash-marketing.fr :)

A lire également

simon desliens padel central lyon

Interview de Simon Desliens, Champion d’Europe de Padel

La France est depuis quelques semaines championne d’Europe de Padel. Nous avons eu l’occasion d’interviewver Simon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *